DSC_2651

TROISIEME PARTIE

 PREVENTION 0081006abeille_041 

 

Les risques de piqûres par des Hyménoptères peuvent être facilement limités en observant les comportements " de bon sens " et de prudence suivants :

éviter le voisinage des ruches et des nids sauvages, ne pas stationner à proximité de poubelles mal fermées ou sans couvercle, ne pas se promener pieds nus dans la nature et notamment dans l'herbe, choisir des vêtements dont les couleurs ne soient pas celles des fleurs, souvent très lumineuses, ne pas porter sur soi des substances odorantes susceptibles d'attirer les guêpes et les abeilles (parfums, laques, crèmes solaires...), rester calme si un insecte tourne autour de soi, éviter les gestes brusques de panique qui brassent fortement l'air, déstabilisent le vol de l'insecte... qui se sent alors agressé ! ! !

sciences_medecine_14       medecine       sciences_medecine_48  

Dans le cas d'une personne reconnue médicalement allergiquequ'elle n'oublie jamais sa trousse d'urgence lorsqu'elle sort de son domicile ! Cette trousse de secours doit contenir de l'adrénaline injectable (type EPIPEN 0,3 mg), un antihistaminique (type ZYRTEC) et un corticoïde oral. Par ailleurs, il est vital  qu'elle prévienne son entourage  et ses amis de ce risque allergique...

Les mécanismes de la réaction allergique aux piqûres d'Hyménoptères sont comparables à ceux du " rhume des foins " ou de l'allergie aux arachides, par exemple... Lors d'une première piqûre, chez des personnes prédisposées, des anticorps de type IgE (Immunoglobuline E) sont produits. Ces anticorps vont se fixer sur des cellules spécifiques appelées mastocytes surtout présentes dans la peau, les intestins etles voies respiratoires.

Lors d'une seconde piqûre, la combinaison de l'antigène (venin de l'Hyménoptère) avec l'anticorps IgE produit une libération d'histamine et de substances vasoactives présentes dans les mastocytes. En règle générale, cette réaction allergique, parfois mortelle, se déclenche dans les 5 à 10 minutes après l'inoculation du venin.

Les traitements de désensibilisation sont donc réservés en priorité aux personnes ayant fait une réaction grave. L'immunothérapie spécifique est donc un traitement planifié sur à 5 ans permettant de rendre le patient tolérant à un allergène particulier (en l'occurrence un venin précis d'Hyménoptère) et de réagir en neutralisant ce venin. Le patient reçoit en injections sous-cutanées des doses croissantes du venin (purifié) d'Hyménoptère auquel il est allergique jusqu'à ce que la dose d'entretien du vaccin soit atteinte (100 mg de venin).

L'efficacité de désensibilisation est voisine de 90% pour le venin d'abeille

et de 95% pour celui de guêpe.

 

CONCLUSION

Les piqûres d'Hyménoptères peuvent, quoique rarement, entraîner des réactions allergiques sévères dont certaines sont mortelles. Avec le développement de l' immunothérapie aux venins purifiés, on dispose aujourd'hui d' un traitement très efficace puisque la protection est quasi complète. La durée de l'immunothérapie reste cependant longue et fastidieuse (3 à 5 ans) et on espère, dans un futur proche, le développement d' un vaccin aux nombres d'injections limités.

Plusieurs travaux cliniques sont en cours dans ce domaine...

or1270tc  medecinesmedecinemedecine     003