DSC_2651 

Bien le bonjour, ami(e) bipède !

Sans plus attendre, je me présente ... On m'appelle la Pisaure admirable (Pisaura mirabilis) et l'adjectif est loin d'être usurpé comme tu peux t'en rendre compte ci-dessous !

Clique sur les photos de cet article si tu souhaites les agrandir.

Pisaura mirabilis - Urzy - 9 juin 2014 - blog2

Ne trouves-tu pas que mon profil rappelle celui d'un gentil petit singe portant une casquette ?

 

pncxrcr2

 

En effet, je suis certainement l'une des araignées les plus faciles à identifier en raison de mon physique ... de cinéma ... si inhabituel. En premier lieu, je suis svelte, élancée, élégante et grande, jusqu'à 16 millimètres pour une femelle et 14 mm pour un mâle ... sans prendre en compte mes longues pattes, il va de soi !

Sur mon céphalothorax (partie antérieure du corps résultant de la réunion, au cours de l'évolution des espèces, de la tête et du thorax), premier indice, tu remarqueras immédiatement cette large bande médiane sombre coupée au milieu d'une fine ligne blanche se terminant en règle générale par une touffe de soies entre les yeux médians postérieurs ... la visière de la casquette, en quelque sorte, sur l'image du haut de page.

Mon abdomen, lui, est fusiforme (en forme de fuseau) avec dorsalement, second repère, un folium (dessin évoquant une feuille) très variable dont le contour est ondulant. Dans ce folium et selon les individus, tu découvriras tantôt une bande claire, tantôt des <<<chevrons>>>. Ces motifs sont généralement bien plus nets chez les mâles.

Agrandis pour observer mes joues et mes yeux ! Pisaura mirabilis - Urzy - 9 juin 2014 - 6

De face, ce qui étonne mes admirateurs au-delà de mes joues tombant à 45° (3ème repère), c'est mon regard ! Vois-tu, mes 8 yeux sont répartis sur 3 rangées, comme les araignées-loups de la famille des Lycosidés. Une différence ? Oui, évidemment, mes yeux postérieurs sont bien moins grands !

Toutefois, ce module oculaire me confère une excellente vue. En conséquence, je ne tisse pas de toile de capture à la différence des jeunes qui, moins aguerris, sont obligés de construire des toiles de chasse au pied des végétaux. Mue par mes longues papattes qui sont autant de bottes de sept lieues, je chasse à courre dans les hautes herbes ou bien sur le sol. Je suis même capable de me saisir de diptères en vol lors de leur passage en rase-mottes... Habile, non ?

araignee_14

Lorsque je me repose au soleil, sur une feuille ou un caillou, je me tiens immobile, les deux premières paires de pattes accolées et étendues vers l'avant. Vois plutôt !

Pisaura mirabilis - Urzy - 28 mars 2012 - 2

 

Tiens ! de but en blanc et du coq à l'âne, je te propose cette citation de Victor Hugo :

" J'ai pour principe, écoutez bien cela, d'admirer l'admirable et de m'en tenir là ! "

 

Tu te demandes bien où je veux en venir ... hein ?

C'est évident et la question est récurrente... Pourquoi diable dit-on de moi que je suis admirable ? Sans doute le comportement de monsieur Pisaure n'est-il pas étranger à cette admiration sans limite... En effet, devenu adulte, ce dernier emmaillote de soie une proie en confectionnant un petit paquet. Il se déplace ensuite avec son colis qui deviendra un "cadeau" lorsqu'il rencontrera une femelle. Lors de l'accouplement, dame Pisaura ayant son présent dans les chélicères (ses crochets) sera moins dangereuse pour le mâle. Il semble que l'acceptation de ces dames est d'autant plus grande que le cadeau est important, ce qui expliquerait la corpulence du mâle, sensiblement identique à celle de la femelle, ce qui est très rare chez les araignées !

Je disais donc que dame Pisaura, ne voyant que la proie emballée, va s'en saisir pendant que le mâle restera inerte, accroché à ce "cadeau de mariage". Dès que madame commencera à festoyer, monsieur s'accouplera avec elle, sans parfois même qu'elle n'y fasse attention. Par contre, si la tentative rate, la femelle pourra ne faire qu'une bouchée de son galant ! ! !

Attention, je ne voudrais pas que vous compreniez ce que je viens de vous décrire comme un comportement social. Que nenni ! Il ne s'agit que de sélection sexuelle !

Des scientifiques ont longuement étudié ces "cadeaux" et il s'en suit que plus grosse est la proie, plus la femelle met de temps à dévorer son présent, plus long est l'accouplement. Ces chercheurs ont donc mis en relation la taille du cadeau, la durée de la copulation et par conséquent le nombre d'oeufs fécondés.

Ils ont même observé des mâles reprenant la proie offerte une fois l'acte sexuel accompli ! Hé oui, il existe des mufles partout, mêmes chez les araignées admirables !

Mais parlons un peu de moi... Je prétends que je suis aussi admirable que les mâles, bien sûr pour une tout autre raison ! Figure-toi que, vers la fin du printemps, je confectionne un cocon parfaitement sphérique contenant de 100 à 280 oeufs environ. Ensuite, je porte cet imposant ballot de soie pendant la durée de l'incubation, soit environ 8 jours. Jamais, au grand jamais, je ne m'en sépare ce qui, tu le devines, m'oblige à jeûner... En effet, je le tiens fermement en me servant à la fois de mes chélicères et de mes pédipalpes (pattes-mâchoires). Et crois-moi, ce n'est pas toujours une sinécure ! 

Pisaura mirabilis - Urzy - 9 juin 2014 - 4Pisaura mirabilis - Urzy - 9 juin 2014 - 5

 

 

 

Lorsque mes petits sont proches de sortir du cocon, je construis dans la végétation, à quelques dizaines de centimètres du sol, une toile pouponnière en forme de dôme sous laquelle je dépose enfin mon pesant fardeau. Quand les jeunes s'extraient du cocon, ils demeurent ensemble sous cet abri protecteur durant quelques jours, jusqu'à leur seconde mue.

Moi, je reste à proximité de la nurserie et gare aux animaux qui oseront s'en approcher ! C'est cette surveillance sans faille de mes petits qui est considérée par les bipèdes comme admirable ! ! !

Pisaura mirabilis - Urzy - 10 juin 2014 - blog5

Eh oui ! C'est bien moi, fidèle au poste !

 

Pisaura mirabilis - Urzy - 10 juin 2014 - 2 

Les innombrables araignons à l'abri du dôme !

araignee_031

Pour clore mon discours, je voudrais soumettre à ta réflexion cette magnifique citation d'Erasme, le "Prince des humanistes". En 1525, dans son ouvrage "Le Libre Arbitre, Diatribe", il écrivait ceci :

Ce n'est pas parce que l'araignée ne ressemble pas à l'éléphant

qu'elle n'est pas un animal admirablement beau,

et même il y a plus de merveilles dans l'araignée.

 

araignee_003